AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 naal faulkner

Aller en bas 
AuteurMessage
Pilar Alonso
Admin
Pilar Alonso

Messages : 62
Date d'inscription : 07/03/2015

naal faulkner Empty
MessageSujet: naal faulkner   naal faulkner EmptyMar 9 Avr - 14:31



naal faulkner
j'écrase mes phalanges sur ta gueule d'ange

- âge & lieu de naissance : naissance précoce et ces pleurs étouffés par un souffle court. la fragilité qui sillonne ses membres frêles, mais cette lueur candide parsemant ses prunelles, reflet de son âme. naal, déjà pourvu de cet empressement maladroit de découvrir un monde qu'il ne saura jamais véritablement saisir. londres babylone, berceau délaissé pour d'autres contrées. et de capitale en capitale, son existence se forge sur l'asphalte écossais. terrain ancestral qui voir mûrir le gamin ordinaire. vingt-et-une année d'épanouissement dans le quelconque, avant la chute. rude. viscérale. - origines & nationalité : les veines affublées d'un génome constellé des parcelles du royaume-uni. naal porte le fin britannique du sang du paternel, cette terre qu'il a foulé sans jamais véritablement connaître. et les effluves de verdures, champs natals de la mère. l'irlande dans le palpitants des aïeuls. - occupation benjamin, naal a vu sa fratrie évoluer sous les néons de l'entreprise familiale. cette raffinerie attirant paradoxalement les femmes faulkner, voyant les hommes s'épanouir vers d'autres horizons. naal, il a les capacités lumières, l'encéphale en ébullition. des facultés déployées au service des cieux. une fascination pour les astres transformée en vocation. et naal qui vient de foutre en l'air ses études d'astrophysique. lui qui n'aspire à plus rien, qui ne ressent plus rien. il n'y a plus de place pour les étoiles qui constellaient les fragments de son âme. seulement le néant des trous noirs. le sombre. le vide. - aspiration : gamin rêveur au coeur explorateur. connaître et découvrir les fragments de l'univers, les sentiers de sa terre. par le voyage physique et d'esprit. l'évasion des sens, de la culture. tout pour satisfaire une curiosité affamée. et le bonheur, dans son mystère le plus brut. terminus de cette traversée sinueuse. entre vie et mort. mais naal aspire surtout à combler le vide émanant de sa plaie béante. à vif. assouvir ce besoin viscéral de ressentir, souffrir pour ne plus en souffrir. exister pour deux, dans la plus grande des injustice. - quatre choses favorites : les astres. une fascination de gosse, minus face au grandiose, à l'infini. un émerveillement de cet inconnu lointain, des mille possibilités. le voyage. dans son sens entier. la découverte des autres, de cet autre. d'une terre aux mille couleurs et facettes. à cet édulcoré qui se dessine aux quatre coins d'un globe autre fois plat. la famille. donnée par héritage et celle construite sur le fil de la vie. cette première qu'il délaisse malgré lui - suivant maladroitement les traces pourtant dénigrées d'un aîné. et cette deuxième qu'il détruit dans le jeu de ses flammes. l'adrénaline. substance addictive qu'il retrouve dans l'insouciante pure de son immaturité. la vitesse qui le porte hors de contrôle, chasser l'interdit, flirter avec le danger. dose quotidienne qui le porte à l'extase de l'oubli. - statut civil : naal, il n'a appartenu qu'à une seule fille. l'unique. et elle lui a volé son coeur avant de l'amener avec elle six pieds sous terre. depuis il a le palpitant en cage, naal. émietté comme ce corps devenu cendre. il est prisonnier de ses propres émotions, de son trop plein de ressentiment. de cette sensation de se sentir seul, d'avoir laissé partir sa lumière. alors qu'elle brille encore à quelques mètres de lui, dans les iris de celle qu'il a finalement toujours désiré. mais naal, il a cette sensation douloureuse à la poitrine, cette pression sous le plexus dès que son regard se pose sur une autre qu'elle. parce qu'une part de son âme lui appartient et qu'elle s'est envolé avec elle. alors naal, il sait plus très bien s'il pourra aimer à nouveau. et il s'essouffle dans une tromperie fictive en pensant à une autre. - traits de caractère : lumière - affectueux, appliqué, attentionné, authentique, bienveillant, bûcheur, chaleureux, consciencieux, crédule, curieux, déterminé, dévoué, dynamique, enjoué, intuitif, malicieux, malin, nerveux, passionné, pétillant, râleur, respectueux, spontané, tempéré, utopiste. sombre - agressif, animé, arrogant, audacieux, bagarreur, baratineur, blessant, casse-cou - et casse-couilles, désinvolte, excessif, fier, immature, imprudent, impulsif, inaccessible, indomptable, insouciant, instable, irréaliste, irresponsable, provocateur, revêche, sarcastique, solitaire, sournois, tenace, vulgaire.   - groupe: am foghar, les fleurs fanent. comme naal. - avatar : xavier - damn hot -serrano.


I. i was younger then, take me back to when
dépression - état mental caractérisé par de la lassitude, du découragement, de la faiblesse, de l'anxiété. bullshit. parce qu'on oublie à quel point la souffrance est réellement, à quel point elle est obscure. parce qu'on ira prendre à la légère cette pathologie qu'on dénigre. réservée aux faibles. et quand elle frappe, il se peut que l'on tombe de haut. de très haut.
naal, il a observé la lassitude, le découragement la faiblesse et l'anxiété. il les a vu grandir au fond des larmes et sur le chant des cris. témoin d'un mal-être qu'il pensait pouvoir soigner. et la souffrance il l'a vécu, à travers et pour elle. parce qu'il était prêt à la suivre dans la richesse comme dans la pauvreté, dans la santé comme la maladie. il a connu nuits blanches et estomac noué. il a ramassé les miettes pour cent fois les recoller. il s'est enfuit dans la nuit juste pour hurler, exorciser ce mélange de rage et de peine qui lui sciait les entrailles. pour toujours revenir. la soutenir. pour la voir sourire.
naal, il voulait seulement lui suffire.
mais rien de ce qu'il n'a fait n'a été assez.
il n'a pas été assez.
deuil - douleur, affliction que l'on éprouve de la mort de quelqu'un. le deuil, il vient avec ses sept putains d'étapes. ces sept foutues phases menant à l'acceptation. et naal, il est en plein dedans. les pieds joints, l'eau jusqu'au cou. prêt à se noyer. il expérimente les trois premières dans un lunatisme chronique. le déni. parce que naal refuse d'accepter la situation, de réaliser qu'elle est partie pour ne plus jamais revenir. il ne parvient pas à se faire à l'idée qu'une perle si parfaite ait pu s'adonner à une chose si horrible. ses pensées en capharnaüm s'entrechoquent. courage ou faiblesse. il reste que cette sensation d'abandon dans son suicide. la douleur et culpabilité. le chaos qu'apporte les moments de lucidité. quand son absence semble réelle, définitive et que la douleur le submerge. quand les souvenirs lui proviennent en masse, en vrac. les bons, les mauvais. que la culpabilité le ronge. parce qu'il aurait pu faire mieux, qu'il aurait dû faire mieux. naal, il se consume sous cette douloureuse impression d'être fautif. sa responsabilité dans cette perte l'embrase. et il l'étouffe dans les vices de l'ivresse. là où un échappatoire lui semble encore possible. car dans la boisson sommeille l'oubli. mais la claque est encore plus fort quand la conscience ressurgit. la colère. dévastatrice. celle qui nourrit ce feu qui l'anime. naal, il lui arrive de déporter sa colère sur elle. de pas avoir su tenir le coup, un peu plus. pour lui donner le temps d'agir, de la soutenir. de l'avoir abandonner alors qu'il avait besoin d'elle tout autant qu'elle avait besoin de lui. mais naal, souvent sa colère il la dirige contre lui-même dans sa constante culpabilité. il la dirige contre l'injustice, contre le corps médical, contre la science, contre la vie. et naal sa colère il l'exprime de manière irrationnelle. en provocant la mort.
et naal, il ressent tellement qu'il ne ressent plus rien. et il a besoin de ressentir pour sentir cette parcelle de vie qu'il reste en lui. alors quand la boisson ne suffit plus, il trouve son réconfort dans l'adrénaline. à deux cent sur les routes de campagne. le majeur levé. viens me prendre si tu l'oses.


II. we made these memories for ourselves
- pseudo/prénom : néphélée, cynthia. - âge : le quart de siècle et le premier cheveu blanc  :tombe:  - type de personnage : pré-lien de @"ciaràn faulkner"  :keur:  - avis sur le forum : de toute bôôté  :owwwn:  Like a Star @ heaven  - un dernier mot : jean-pierre - paies ta ref :hmpf:

_________________

J'attends sous les néons le néant ou l'étincelle. qui remarque les fissures sur ces vitres perdues ? casse moi ou casse toi -- grand blanc, tendresse  

Revenir en haut Aller en bas
https://landoftheliving.kanak.fr
 
naal faulkner
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Faulkner, William] Requiem pour une nonne
» William Faulkner et son Oeuvre.
» William Faulkner
» Sartoris - William Faulkner
» Lumière d'Août - William Faulkner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INDIGO HOME :: Votre 1ère catégorie :: Votre 1er forum-
Sauter vers: